NATURE

INTERIEURE

Multilangue

Multilangue est l’expression sculpturale des dessins roses. Une ménagerie de « robots-accouplement ». Le protocole de la machinerie est directement annoté sur les modules. Comme sur une notice où toutes les langues sont présentes, les explications sont ici « multilangues ».

Les dessins roses

Les dessins roses appartiennent à un triptyque aussi composé de « A+ E dans le monde moderne » et de « Multilangue ». Ces trois propositions questionnent la sauvagerie de notre vie moderne. Ici présenté à la façon de « robot mixeur » nous avons l’image d’un amour domestiqué et « machinisé ». Il s’agit en effet de scènes d’accouplements, des corps qui liés perdent leur forme humaine, et deviennent plutôt des chimères. Le traitement lui-même se fait d’une façon robotique. De fait, le trait domine et exprime le rythme intérieur à la manière d’un sismographe ou de relevés automatiques. La main écoute, en somme, la pulsation des corps et la retranscrit.

Vaisseaux LOVNIINVASION

Ces sculptures ne sont rien d’autre que les vaisseaux que Adam et Ève empruntent pour aller sur Mars. Ce sont des vaisseaux conteneur créés par la fusion de leurs corps au moment du coït amoureux

MUTTERLAND

Mutterland est la terre mère sur laquelle Adam et Ève s’épanouissent. Cette terre vue du ciel nous rappelle le patchwork que l’on observe depuis le hublot de l’avion. En nous plaçant à son côté, apparait l’image d’une vue en coupe de la terre, à la façon de relevés topographiques par les premiers explorateurs du monde.

Un autre regard nous fait voir dans cette sculpture de métal, le patchwork d’une couverture brodée, révélant en bosselures les rondeurs d’un corps de femme. Un corps de femme qui n’est nulle autre que cette même terre mère. Elle fait dépasser ses yeux du haut de l’édredon, matérialisé par une fente dans le métal, un masque, pour regarder et veiller sur ses enfants. 

A+E dans le jardin d'Eden

Ici, Adam et Ève en ont assez vu du monde moderne et retournent à l’état de nature dans le jardin premier. Doté d’un univers luxuriant, le dessin à transformation est l’expression de la richesse du « sauvage ». Ils sont à comprendre comme un carnet de voyage issu des pérégrinations des protagonistes au sein du panorama « Mutterland ». Dans ce paysage, certaines choses sautent aux yeux tandis que d’autres sont subtiles et presque indiscernables. Par ce double dessin au papier carbone, l’invisible se fait visible alors que le visible s’atténue. Il est, en somme, la douce expression de la densité de l’imperceptible.

A+E dans le monde moderne

Une histoire qui commence « parce que Claire-Noëlle lui a offert des feutres multicolores ». Une raison enfantine pour un jeu enfantin où J-L-F met à la façon de Playmobil, les protagonistes de la genèse dans notre monde actuel.  Dans le monde moderne Adam et Ève interagissent avec lui comme un parfait couple des années 50. Ils sont l’image du couple primaire devenant « Ken » et « Barbie » et s’épanouissant dans un paradis nouveau ; où règne l’idéal de la consommation de la machine et du gazon vert fluo. Les travaux de maison occupent la journée, une ménagerie danse et dense, mais avec un brushing toujours impeccable.

Nous apparait ici une vision de la pureté de ces personnages qui touche l’immondice de notre modernité, pourtant immaculée de toute malpropreté.

WARMARS - Galerie GHP – Toulouse

A+E sur MARS LOVNIINVAsION

Ici, Adam et Ève décollent sur Mars grâce à l’énergie amoureuse, « Ils s’envoient en l’air ». Ils y découvrent un univers rouge, le rouge pour toutes ces valeurs amoureuses, mais aussi de colère. « Aujourd’hui, sa couleur est le rouge, feutre rouge, Bics rouges. L’énergie du rouge qui pulse cardiaquement le trait du dessin. » (François Zénone). Un autre carnet pour un voyage amoureux. Ces dessins permettent aussi à l’artiste de revisiter le langage. En partant de la phrase de A.Camus disant que « mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde », les mots sont repris depuis leur étymologie et requestionnés, « Apocalypse » devient par son étymologie « Révélation », etc.  Un long voyage, qui est recommandé de faire en écoutant l’album ELECTRIC LADY LAND de Jimi Hendrix.

MA PETITE EGLISE - La Chapelle - Abbaye de Bonnefont – Saint-Martory

CERF Transfiguré

A WALK – Cazadoro - Mas d’Azil – Ariège

ASTRALIS - Musée de l’invisible - Centre culturel Louis Vuitton – Paris

SUPERNATURE - Musée des Sables d’Olonne

HABITER - Dreamtime III - les abattoirs + Cazadoro - Mas d’Azil

Please reload